10% discount on more than 60,000 coins, medals, tokens and banknotes.
+ Filters
New Search
Filters
Available Exact wording Only in the title
E-shopLoading...
GradeLoading...
PriceLoading...

fme_516943 - III REPUBLIC Médaille du ballon à vapeur - panorama de Paris

III REPUBLIC Médaille du ballon à vapeur - panorama de Paris AU
180.00  €
-10%
Prix promo : 162.00 €(Approx. 183.06$ | 137.70£)
Quantity
Add to your cartAdd to your cart
Type : Médaille du ballon à vapeur - panorama de Paris
Date: 1878
Mint name / Town : 75 - Paris
Metal : gilt copper
Diameter : 56,5 mm
Engraver TROTIN Charles (1833-?)
Weight : 53,79 g.
Edge : lisse
Puncheon : sans poinçon
Coments on the condition:
Bel exemplaire malgré quelques traces de manipulation dans les champs. Petites rayures visibles

Obverse


Obverse legend : PANORAMA DE PARIS / 1878.
Obverse description : Vue panoramique de la ville de Paris, avec l’Arc de triomphe et les ruines des Tuileries au premier plan ; le ballon amarré dans al court du palais, signé sur la plinthe : C. TROTIN.

Reverse


Reverse legend : SOUVENIR / DE MON ASCENSION / DANS / LE GRAND BALLON CAPTIF / À VAPEUR / DE MR HENRY GIFFARD.
Reverse description : Legende en 6 lignes.

Commentary


Charles Trotin, est un graveur sur métaux et de timbres et médailleur français né le 23 septembre 1833 à Paris, mort à une date et un lieu inconnus. Fils de Jean Aimé Trotin, attaché au service de la maison de l'empereur en 1864, et de Joséphine Demarcy. En 1864 il était domicilié chez ses parents 63 rue du Bac et il s'est marié, âgé de 30 ans, le mardi 31 mai 1864 dans le 7e arrondissement de Paris avec Céline Claire Sauton, âgée de 17 ans. A exposé au Salon des artistes français de 1875 à 1883.

Henri Giffard, nom de naissance Henry-Jacques Giffard, né le 8 février 1825 et mort le 15 avril 1882 à Paris, est un inventeur français, à qui l'on doit l'injecteur et le dirigeable propulsé par la vapeur.
Il construit un ballon captif de 25 000 m3 pour l'exposition universelle de Paris de 1878, capable d'emporter 40 passagers.
Ce ballon, situé aux Tuileries, sera l'une des principales attractions de l'exposition. On a dit qu'il fit voler en deux mois autant de personnes que depuis le début de l'aérostation, soit un siècle environ. Une dizaine d'ascensions par jour emmenaient les passagers jusqu'à plus de 500 mètres.
Parallèlement au ballon captif, la machine servant à produire le gaz a permis de gonfler de nombreux ballons libres, permettant des ascensions variées, parfois par groupes (jusqu'à trois ballons simultanément).

Le palais des Tuileries est un ancien palais parisien, aujourd'hui détruit, dont la construction commença en 1564 sous l'impulsion de Catherine de Médicis, à l'emplacement occupé auparavant par l'une des trois fabriques de tuiles établies en 1372 à côté des Quinze-Vingts, non loin du vieux Louvre. Agrandi sous les règnes successifs et unifié avec le palais du Louvre, il disposait d'une immense façade (266 mètres de long pour le palais disparu, et environ 328 mètres si on compte les pavillons de Flore et de Marsan qui subsistent) et il était le point focal du grand axe historique de Paris (perspective en enfilade de l'avenue des Champs-Élysées, la place de la Concorde et le jardin des Tuileries) conçu à partir de ce palais.
Il a été la résidence royale à Paris de nombreux souverains (Henri IV, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI mais aussi Louis XVIII, Charles X puis Louis Philippe), et impériale (Napoléon Ier puis Napoléon III). Entretemps il a aussi été le siège de la Première République et du Consulat. Son rôle de siège officiel du pouvoir français fut interrompu par sa destruction par un incendie volontaire le 23 mai 1871, allumé par les communards Jules-Henri-Marius Bergeret, Victor Bénot et Étienne Boudin. Les ruines du palais des Tuileries furent abattues en 1883, la Troisième République étant alors installée dans le palais de l’Élysée..

Historical background


THIRD REPUBLIC

(4/09/1870-10/07/1940)

The news of the capitulation of Sedan causes the revolution of September 4, 1870 in Paris. Proclaimed at the Hotel de Ville, the Republic has a provisional government called the Government of National Defence. Left threatened by insurrection of the Commune and right by the monarchists, the new regime had a difficult start. Chief executive in the first phase (February 1871), Thiers is responsible for reorganizing the country before deciding on the form of government. He became president in August 1871 and, despite its release action of the territory, to leave his post in March 1873 against the royalist opposition. It is then replaced by MacMahon favorable to the restoration of the monarchy but it is not restored after the flag issue. The law of the seven is then introduced in November 1873 and in 1875 were voted the fundamental laws that serve Constitution of the Third Republic. Parliamentary system, it is characterized by the preponderance of the legislature over the executive. Anticlerical, the Third Republic makes free, secular and compulsory education but continued the colonial policy for its economic, strategic and moral ambitions. The separation of church and state was passed in 1905. The idea of ​​revenge on Germany and an important nationalism are at the heart of the Boulanger crisis, the Panama scandal and the Dreyfus affair years 1886-1899 while foreign policy is very active especially in Morocco and the arms race develops. The First World War is expensive to France which rises until 1920 or 1928 to the currency with the franc "Poincaré". The 1929 crisis is felt until 1932 but lasted until 1939, during which the ministerial instability is very important. Vacillating in 1934, the Third Republic is a new cement unit with anti-fascism that allows the rise to power of the Popular Front in 1936. But paralyzed face Germany, France will then get stuck in a "phoney war" and know one of the greatest defeats in its history in June 1940. National Assembly met in Vichy July 10, 1940, Chambers, however, elected in 1936, voted full powers to Pétain in a kind of collective suicide by 569 votes for, 80 votes against and 18 abstentions.

cgb.fr uses cookies to guarantee a better user experience and to carry out statistics of visits.
To remove the banner, you must accept or refuse their use by clicking on the corresponding buttons.

x